Association russophone. La fête de Maslenitsa célébrée samedi 9 mars

Chaque mercredi matin au Centre des Abeilles, les enfants des cours de russe préparent activement la fête de Maslenitsa. Ils revêtiront de jolis costumes colorés traditionnels pour le spectacle.

La toute jeune Association russophone de Cornouaille invite le public à la fête de Maslenitsa, le Mardi Gras slave, le samedi 9 mars, à la MPT de Penhars.

Née en septembre 2018, l’association organisatrice « a pour but de partager, rassembler et faire vivre la culture slave en Cornouaille », explique sa fondatrice, Sabina Domorak. Originaire d’Ouzbékistan et russophone, cette jeune maman de quatre enfants, arrivée il y a trois ans à Quimper, a eu l’idée, avec trois amies slaves, de créer une école de russe et une structure de rencontre et d’échange autour de la langue et de la culture. Quinze familles adhérentes composent actuellement l’association qui propose, outre des temps conviviaux, des cours pour enfants et adultes. Ces derniers se déroulent au Centre des Abeilles le mercredi matin, de 10 h à 11 h pour les 4-5 ans et les 6-9 ans, le samedi matin, de 9 h 30 à 11 h pour les 10-13 ans et le lundi matin, de 11 h à 12 h pour les adultes de niveau débutant à moyen. Ils sont ouverts à tous.

Une fête folklorique qui accueille le printemps

Samedi prochain, les élèves et les familles adhérentes se mobiliseront pour faire découvrir au public la fête de Maslenitsa, une fête à mi-chemin entre le traditionnel Mardi Gras et une fête de printemps. « Chez nous c’est une fête folklorique très importante, très joyeuse, avec le soleil comme symbole, raconte Sabina Domorak. Avec cette fête, on chasse l’hiver et on appelle le printemps. Traditionnellement, on fabrique un grand épouvantail en forme de dame russe qui est brûlé pendant la fête ». Une sorte de Den Paolig féminin qui ne sera exceptionnellement pas enflammé pour des raisons de sécurité. Samedi, ce sera donc ambiance de fête slave, à la MPT de Penhars, avec une salle joliment décorée et une heure de spectacle avec des chants et des danses russes. Des explications en français seront données.

le-telegramme.png

Article publié le 01 mars 2019